Accueil

Autres articles Bibliographie  

Article du mois

 

 

 

Jeu et Biodanza, partager l'essentiel

 

par Ignacio Moreno

Facilitateur, Vénézuela

 

 

 

Le jeu, sagesse millénaire pour le lien avec ses pairs, essence de la culture pour partager l’amour et la joie, pour apprendre à humaniser l’autre, miroir nécessaire du moi. Des jeux pour vivre en ressentant l’existence, en créant et en offrant l’expression de soi, en existant en harmonie avec tous, connecté aux impulsions fondamentales de la vie.

 

La Biodanza, système de développement orienté vers le renforcement de l’expression des potentialités humaines, propose des vivencias intégrantes qui créent un contexte sensible et créatif pour la rencontre humaine, où on stimule, crée et développe la vie.

 

La Biodanza et les jeux sont des occasions pour le développement harmonieux de l’être en lien, à partir de l’expression agréable, à partir de la force pulsante du mouvement ; vie à flots, identité de tous et de chacun.

 

La Biodanza et les jeux sont des découvertes heureuses pour l’être.

 

Le jeu pur, soudain et spontané, mimes, grimaces, plaisanterie, frivolité, montrent un côté dynamique de la vie, sans prétentions. Une expression juvénile, sans efforts ni plans prévus, fluide, qui semblerait délaisser le sérieux de la vie et montrer une tendance positive pour le risque, l’alternative, le possible, la désorientation, l’absence de but, la plénitude et la démesure ; se laisser capter par un désir primaire de liberté.

 

Dans l’expression du vivant il y a des forces primordiales qui sembleraient chaotiques. L’activité désordonnée ou exaltée peut se générer par le besoin de nous libérer d’une posture forcée, d’une situation, d’un lieu qui est vécu comme une oppression, un sentiment de manque de liberté, de gêne, de poids, de résistance ; c’est comme retenir sa respiration, d’où une recherche impatiente à créer un mouvement avec un sens pour l’existence, qui représente la satisfaction primaire et fondamentale de l’impulsion vitale la plus profonde avec laquelle nous naissons, l’instinct d’une existence propre, indépendante, libre. C’est le proto-instinct de l’animal.

 

Un mouvement pour vivre sa propre existence, pour se lier avec la joie de l’existence, le renforcement de sa propre existence.

 

Il existe un effet du mouvement rythmique reconnaissable comme un état d’ébriété. Cette fusion – abandon offre paradoxalement une occasion spéciale pour la force d’expression de l’être.

 

Des jeux pour vivre ou sentir cette existence, en créant et en offrant l’expression de soi, en existant en harmonie avec tous et connecté aux impulsions fondamentales de la vie. Offrir son opposition déterminée à l’homogénéisation, dignifiant le différent, le possible, l’expression de notre diversité merveilleuse, génuine, unique, en tant qu’êtres vivants que nous sommes.

 

L’homme crée sur le tas, dans la danse de sa vie, l’éternité du jeu. Le jeu du possible. Le jeu comme attitude envers la vie, une attitude de création permanente, de curiosité, une invitation à partir de la pulsation de la vie elle-même.

 

Le jeu s’est préservé au travers du temps parce qu’il a un sens, le plus grand, celui d’humaniser la socialisation de l’homme, il nous sensibilise à partager et à nous relier à nos pairs en donnant le meilleur de nous.

 

L’enfant et le jeu marchent ensemble, jouissant d’abord du corps et du mouvement puis de la magie, de l’enchantement du possible, du lieu de fiction, pour arriver aux rencontres possibles où le fait d’être solidaire, brillant, habile devant le groupe, le fait de se mettre d’accord et de construire un monde ordonné dans lequel chacun participe avec liberté et plaisir d’appartenir, augmente la conscience de l’autre et de soi-même.

 

Quand nous entendons parler de jeu, nous le relions immédiatement à l’enfance. Ce lien est certain et a à voir avec le développement des potentiels de l’enfant inhérents à l’espèce. Le jeu, cependant, ce n’est pas seulement pour l’enfant, il fait partie de la condition humaine à tout moment dans le cycle vital, au cours du temps qui s’écoule dans la vie de l’homme.

 

Créativité et Jeu se nourrissent ou poussent de la même source ; le déploiement de la spontanéité et de la liberté. C’est l’attitude du jeu vital qui nous met devant l’horizon du possible.

 

Il nous semble qu’il y a un vide dangereux dans la vivencia de l’essence du jeu : l’homogénéisation, la punition subtile ou grossière de la dissidence, le différent, le possible, l’expression de notre diversité merveilleuse, génuine, unique en tant qu’êtres vivants que nous sommes.

 

Dans la culture contemporaine, il y a une utilisation des impulsions ludiques qui amène, entre autres, à l’exacerbation de la recherche de réussite, dans une compétence qui avilit l’existence humaine, une compétence pour réduire l’autre. De même, la gouvernance du temps libre par les propriétaires de négoces (negocio en espagnol, neg-ocio, négation du loisir) avec la culture du monde audiovisuel, des jeux vidéo et en général d’une participation passive où le simulacre, exagérément orienté vers la destruction et la mort, vole des espaces vitaux de lien social. C’est une détente médiatisée avec des formes d’excitation qui nous conduit au désespoir, entretenant la solitude. Une façon de s’annihiler et de disparaître face aux autres. La maison de jeu, d’autre part, est ouverte, dans la recherche d’argent facile, avec ou sans tricheries, comme le vertige des alcaloïdes et d’autres herbes extatiques.

 

Nous proposons des jeux provenant de la sagesse vitale qui offre ce qui nous convient.

 

Nous proposons la récupération de la santé sociale à partir du jeu.

 

Mouvement, pulsation de l’existence, loi de la vie. Quelque chose de plus que la poésie : un quotidien délicieusement incontournable, si sublimement présent dans le Jeu et en Biodanza.

 

Le développement des potentiels génétiques que les deux propositions entraînent, conjuguées à un contexte écologique adéquat, réactivent les fonctions originelles de vie : capacité d’amour, joie, courage de vivre, enthousiasme, créativité, plaisir.

 

Biodanza et Jeux… la magie du mouvement qui a du sens pour la rencontre, en recherche de formes effectives et agréables d’intégration.

 

La Biodanza propose d’améliorer le lien entre les personnes En tant que système d’intégration personnelle et sociale qui travaille, au travers des rencontres de groupe, de la musique et de la danse qui surgit du geste quotidien, elle procure une forme de lien profond.

 

Etant donné que, dans la vie de relation où il convient à l’homme contemporain de s’appuyer sur la santé sociale, nous proposons le Jeu et la Biodanza, nous proposons une vision transcendante du social en dansant l’instinct de lien avec l’espèce, l’esprit tribal.

 

Jeu et Biodanza offrent la possibilité à chacun de rencontrer un groupe – utérus qui prend soin et nourrit son expression innocente, son identité exprimée en mouvements émus qui l’intègrent et offrent des espaces à la créativité existentielle pour nourrir les espaces de développement de chacun, avec harmonie et beauté.

 

Le jeu, dans sa fonction merveilleuse de socialisation, présente le paradoxe de demander qui joue, de se montrer face aux autres et demande à les prendre en considération, aidant l’homme à abandonner l’égocentrisme. Cela fait partie de ces espaces subtiles et raffinés d’où part l’évolution de l’être.

 

L’étape la plus mystérieuse de l’évolution de la vie est liée à la prise en compte par l’individu de son semblable, le sentiment de communion humaine peut probablement être l’axe secret d’un processus évolutif inconcevable.

 

Jeu et Biodanza, alchimie, monde des émotions, de l’énergie transmutée. Du « stress » à nous-deux, de la triade peur – rage – tristesse à l’amour et la joie, rames indispensables pour parcourir notre traversée.

 

Un sourire, un regard, beaucoup de contacts qui retentissent dans nos cœurs et nous offre du bien-être. Un bien-être qui incorpore la santé sociale dans nos vies et qui soigne le corps social auquel nous appartenons. Ainsi, nous proposons notre plus grande aspiration : Jeux de Vie pour la Vie, pour apprendre à être « en » et « avec » l’autre. Au-delà de nous-mêmes, créant des conditions pour la nutrition et le soin de la Vie, développant notre consistance affective dans l’exercice du mouvement – amour.

 

Nous avons besoin d’écofacteurs positifs, nutritifs et protecteurs pour que la vie surgisse et reste entre nous.

 

Nous croyons et désirons contribuer à une éducation qui promeut le contact, nous souhaitons que chaque personne entre dans un processus de conscience du semblable et de la nature globale que nous sommes, à partir d’une conviction affective profonde.

 

Nous sommes convaincus que la tâche des instituteurs et éducateurs (que nous sommes tous) est une tâche d’intégration affective. Nos enseignements souhaitent influer sur la découverte du réel et sur l’étonnement de chaque jour : le ludique, la sincérité, les potentiels créatifs, la tendresse, la spontanéité, la grâce des mouvements, l’estime de soi, l’estime de l’autre, l’équilibre, l’enthousiasme qui nous enseignent à savourer la présence de l’autre exaltée dans l’enchantement essentiel de la rencontre. Une éducation pour la plénitude.

 

Dans nos relations, nous avons besoin de reconnaître et d’agir sur l’établissement de liens essentiels qui cultivent l’affectivité, un contact intime, profond et ému, qui développe l’amour écologique en assimilant et en incorporant le sentiment de communion humaine.

 

Osons regarder notre splendeur, découvrir la splendeur de l’autre, être capables de regarder la semence de beauté de chacun à partir du naturel, de la joie, surpassant les barrières mentales.

 

Nous invitons à découvrir notre pleine expression par le jeu et la Biodanza, avec respect et tendresse, en eutonie et sans de grandes exigences, en montrant le meilleur de nous-même, à partir de l’Amour.

 

(Article compilé par Ignacio Moreno, extrait de la Monographie de titularisation en tant que facilitateur de Biodanza d’Ignacio Moreno et María Teresa Piñero à Caracas, Venezuela, 1995. Considérée à l’époque par Rolando Toro Araneda comme une Extension virtuelle).

    

Haut de page     Articles précédents

    

 

Accueil

Autres articles

Bibliographie